La petite librairie

La vie de la maison

Premiers retours de lecture sur le premier roman de Patricia Bouchet “Une araignée dans le rétroviseur”

Agathe :

Patricia, un petit message suite à la découverte de votre livre lu entre deux quais. Un grand merci pour cette lecture très inspirante et matière à grandir. Encore félicitations pour ce beau partage que vous proposez.

 

Françoise :

«Bonjour Patricia J’ai bien sûr lu l’Araignée dans le rétroviseur. Déjà bravo pour ce titre c’est une lecture très agréable, qui va tout de suite sur le sensible ,mais sans pathos l’écriture coule ……elle semble avoir été là sans effort !!!!!!!!!!!! j’ai même dû, plusieurs fois, relire, parce que, emportée par la musique des mots, le sens m’avait échappé !!!!!!!!!!!!!!  j’oserais dire : une première œuvre prometteuse, comme on dit.

 

Daniel :

Ce sont vos mots qui nous touchent. Moi qui ne lis pas, .vous m’avez embarqué dès les premières lignes….j’ai beaucoup aimé la précision , les détails….j’y étais….J’ai découvert des passages plus que forts! Je lis très lentement par manque d’ habitude….après le passage central, je me suis surpris à lire très vite… comme pour sortir de ce lieu. Je n’ai pas eu l’impression de lire, j avais plutôt l’impression qu’on me racontait une histoire. On est embarqué ! On vit l’histoire à travers vous.

 

Céline :

Chère Patricia,
J’achève à l’instant ton roman. Débuté hier soir au creux du lit, je le termine la fenêtre ouverte pour sentir les effluves de la pluie qui enfin s’est mise à tomber. Des conditions idéales pour moi !
Je retrouve et redécouvre le manuscrit que j’avais lu il y a quelque temps. Quelle poésie, quelle plume sensible. Tu sais créer une atmosphère incroyable et trouver les mots qui l’accompagnent.
La mise en forme/page renforce ton texte et met en exergue les points forts.
Que dire de plus ! Même tes remerciements sont poétiques et magnifiques.
En tout cas félicitations, bravo pour ce beau roman ! Je le lirai à nouveau, plus précisément, plus doucement.

 

Martine :

Bonjour Patricia, J’ai pris le temps de savourer toutes les phrases de votre livre. J’ai adoré votre écriture, des phrases courtes, simples, sans emphase avec juste les bons termes. J’ai eu envie de vous accompagner dans le cheminement de toutes ces pièces imprégnées de leur secret. J’ai ressenti beaucoup de douceur, un flot d’émotions m’a conduite vers mon moi intérieur. Chacun de nous à son araignée, la mienne est bien enfouie au fond de moi. La fin me laisse l’espoir qu’un jour, je serai capable de libérer mon araignée et « découvrir moi aussi mon chemin » Félicitations pour ce 1er livre, je vous souhaite beaucoup de succès bien mérité. Martine

 

Anne :

J’ai aimé me laisser inviter dans cette maison blanche aux parfums des souvenirs d’enfance et me laisser envahir par toutes ces émotions qui resurgissent…
Je ne peux que vous en conseiller la lecture.
Bravo Patricia Bouchet pour ce premier livre. J’attends le second avec impatience !

 

Dominique  (blogueuse) :

J’ai aimé que vous parliez d’un sujet grave sans qu’il soit là tout le temps.
Et le côté photographique des descriptions, c’est superbe.
domi_c_lire
#lire « Une araignée dans le rétroviseur » le #premierroman de @patricia.bouchet.54
Aux éditions @parole_editions
C’est le livre des émotions, des sensations, des odeurs, des saveurs, des couleurs
Le roman des souvenirs, des impressions, de la douleur, de l’oubli, des chagrins.
Du chemin parcouru et de celui qui s’ouvre enfin, serein et libre, après la révélation, celle des souvenirs enfouis au plus profond, si loin et qui pourtant laissent des traces dévastatrices.
La narratrice fait le chemin à l’envers. Vers la maison de son enfance.
Celle des grands-parents, des vacances au soleil l’été sous la tonnelle et sous l’œil bienveillant des anciens.
Celle des souvenirs heureux qui surgissent au détour d’un meuble, d’une porte, d’un tiroir empli d’objets anciens presque oubliés.
Celle des saveurs partagées, joyeuses, douces ou amères.

Vous aimez, partagez !

Une réponse

  1. Merci Patricia pour cette lecture qui « fait du bien ».
    C’est à la fois, tout le long, une musique et une photo…..le cadre est toujours là, jamais pesant, j’ai pu y transporter, comme j’aime, toutes mes valeurs, mes désirs, mes soucis aussi. Cette nouvelle n’a rien d’un divertissement, tant elle parle d’une chose Grave (avec G majuscule) mais tu n’impose rien à ton lecteur, il le droit de continuer seulement à vivre sa vie. Et c’est tellement rare que ça en est rudement précieux.
    Bien sûr nous avons tous un jour l’autre besoin de revenir « là où les choses se sont passées », mais tu as su nous embarquer dans le voyage, je me suis dit que j’étais peut-être cette araignée qui a tout vu, tout compris, tout senti, et qui dévoile sa présence quand tout se termine, comme pour te dire Merci Patricia

    igolène

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

css.php