La petite librairie

#3 - Des racines aux yeux

Auteur
Sébastien Klotz

4,00 

Partagez !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on email
Share on skype

Cahier de Parole n° 3
32 pages – Mars 2021

Une maison « perdue dans les Alpes du Sud », celles de l’enfance, celles de la Mère. Le personnage revient sur cette terre âpre et rude qui raconte le passé, l’histoire fondatrice. Un besoin impérieux, vital. Les images recherchées se succèdent, l’envahissent jusqu’au dégoût, jusqu’au combat… jusqu’à la réconciliation.
Sébastien Klotz nous offre un premier texte très fort, à l’écriture serrée. Les arbres du jardin palpitent, la terre vit. On ne s’y perd pas, on retient son souffle et on s’y trouve, comme le personnage du récit.

Ils en parlent :

« Je sens encore des larmes de terre et de sang couler sur mes joues avant que s’annonce la vibrante détonation de la vie. Nous enterrons mal nos douleurs, alors un jour, le bruit qu’elles font nous assiège. Le fil entre la vie et la mort est parfois ténu, si ténu qu’on s’étonne d’être toujours vivant. L’écriture de ce texte est nourrissante et d’une grande sensibilité. Touchée en plein cœur ! » Joëlle

« Immédiatement, j’ai été happée par cette écriture. Ce texte est magnifique, l’écriture est belle, le sujet traité avec beaucoup d’intelligence et de sensibilité. Je le recommande vivement. » Catherine

« On est pris par l’histoire. Je voulais savoir comment elle allait se terminer. Des phrases-chocs : “J’ai longtemps cru que les légumes ne s’épluchaient pas. ”“Je n’ai pas suffi à ma mère.” » Martine

« J’ai A-DO-RE ! L’écriture, les images, les métaphores, l’histoire. » Nathalie

« Le texte est puissant, concis, troublant et optimiste. Une enfance de solitude, de silence, où l’aridité de la terre dessèche le cœur des gens. » Claude

« Texte très bien écrit et touchant, tout est dit et bien dit ! » Martine H.

Lire un extrait.

Sébastien Klotz est né en Alsace en 1975.
Il y a 20 ans, des études de géographie et de géologie l’ont amené dans les Alpes-de-Haute-Provence, à Draix, pour étudier l’érosion des terres noires. Appelées roubines en provençal, c’est un paysage raviné aussi fascinant que méconnu. Le temps y est mouvant, la vie coriace et l’imagination débordante. Il n’en est plus reparti. Deux enfants y sont nés. Il aime la pêche et la course à pied, et entre deux averses, souvent trop rares, il écrit tout ce qu’il ne peut ni être ni faire, des nouvelles essentiellement.

 

Vous aimez, partagez !
css.php